Rechercher

vendredi 23 mai 2008

UNE île de rêve ?

L'homme descendit du ferry. Il n'avait pas besoin de passeport. Tout le monde savait que l'île Mastia appartenait a tout le monde, ou pour le dire autrement qu'elle n'appartenait a personne. C'était la neutralité même, et l'homme quand il l'observa depuis le bastingage eut l'impression d'être a paris, mais aussi a new-york, au caire ou a bagdad. Il n'aurait su le dire avec exactitude. Il avait l'impression d'être partout a la fois. Tout le monde pouvait s'y sentir chez lui. En fait, on se sentait dépaysé sans l'être réellement. On avait l'impression de rêver. En histoire, les enfants étudiaient le monde. On n'y parlait pas de guerre mais de paix et de fraternité.
N'était-elle pas située au centre du monde? N'était-elle pas située en pleine mer? Il était donc normal de ne pas avoir de passeport ou de carte d'identité.
L'homme était aveugle. Il avait l'habitude d'entendre des réflexions apitoyées.
"-Le pauvre! Peucheur, il est aveugle, le pauvre monsieur!"
Ici, c'était différend. Il sentait qu'il était comme tout le monde. Il sentait que les gens s'adresseraient a lui spontanément sans avoir peur de sa "réaction".
Il déplia sa canne blanche et commença a déambuler dans les rue. Il voulait se laisser guider par ses sens et recueillir l'odeur de l'air de cette ville universelle. C'était un mélange d'épices, de parfum de luxe et d'air marin.
Il entendit des voix surexcitées. Curieux, il se dirigea vers elle. Il sentit qu'il marchait sur un sol carrelé. Au même instant, une voix synthétique déclara:
-Bienvenue au musé de la justice!
Emerveillé, l'homme entra. En visitant le musé, il apprit que tout les états du monde était représentés par un ambassadeur et par un juge. Il apprit qu'en cas de litige entre deux pays, ils se réunissaient tous dans une assemblé appelée l'UPJ "Union pour la Paix et la Justice". Ainsi, il apprit qu'on pouvait éviter des désastres par le dialogue.
L'homme sortit du musée et recommença à marcher dans les rues. A un moment il entendit de la musique. Il suivit le bruit et se retrouva sur une place Bondée malgré l'heure matinale. Une passante lui apprit qu'on y représentait tous les styles musicaux du monde. La passante lui proposa de l'accompagné au centre de climatologie. Il pourrait y sentir le froid et la chaleur. Il pourrait faire des boules de neige et prendre un bain de soleil.
Ainsi, tout était magique dans cette ville pensa l'homme. Pourquoi ne pas y habité? Il pourrait y être heureux. Le travail n'y manquait pas disait-on et tout était adapté a son handicap visuelle.
La passante lui proposa d'aller boire un coup. Avec un sourire, il accepta. Il se sentirait vraiment bien, dans cette ville!
Soudain, l'homme sentit qu'on le secouait.
"-Réveille-toi, chérie, dit une voix, tu es en retard."
L'homme se secoua. Heureusement que sa femme était une lève-tôt. Parce que sans çà, il serait toujours en retard...

Texte écrit par Abdelghani Boudik.
Tel. : 06 33 14 78 90

Si vous copiez et diffusez ce texte, veuillez en mentionner l’origine.

2 commentaires:

kéké a dit…

Coucou ^^,

Juste pour dire que j'ai trouvé ce texte court et très beau et que je l'ai mentionné sur mon forum. Je voulais savoir si, en plus du lien, je pouvais le recopier ?

Bonne journée ^^
Kéké
PS : Limite agressif le texte "Si vous êtes une personne dite "valide", commentez sans vous embarasser de questions empruntes d'émotivité restrictive."

M'enfin ... je suis "valide" et j'imagine que mes semblables doivent constamment se noyer de larmoiement lorsqu'ils répondent ... sinon tu mettrais pas cette mise en garde. (au passage, embarrasser prend 2 R je crois)

EL JAMIL SOUFIANE a dit…

Salut,

Biensûr que tu peux le difuser mais comme précisé au bas du texte, il faut en mentionner juste l'origine.

Je me dois d'ajouter que ce texte n'a pas été écrit par moi-même mais par mon ami Abdel.

Sinon, pour la petite faute, je l'ai corrigé lol.

Pour le petit message sur les valides, tu as tout à fait le droit de penser que c'est agressif mais je ne le vois pas de cet oeuil et pour te dire même pas de l'autre non plus lol. Ca, c'était la petite touche d'humour pour destabiliser un valide, ca marche presque à tous les coups !

plus sérieusement, je n'ai rien contre les valides mais j'ai agi pour provoquer car je pense que les non-voyants sont trop conventionnels et diplômates quand il s'agit de parler à des valides mais entre eux, pas de cadeaux ! lol

J'ai juste voulu les pousser un peu plus toutes ces personnes qui ne savent pas toujours comment réagir face au handicap. J'ai juste envie de leur dire:
"Allez, parlez-moi, je suis comme vous !"